Markus Schaller

Né en 1967 en Allemagne, Markus Schaller vit et travaille à Berlin.


Gravant l'esprit dans la matière, son oeuvre s'inspire de l'homme. Alors que durant ses études à la Berlin University of the Arts sous l'égide de Rebecca Horn, les nouveaux media paraissent être la voie à emprunter, Schaller se dirigea naturellement à contre-courant. Il choisi l'acier, un medium ancestral sinon archaïque. L'art de la forge, procédé extrêmement physique, uni les deux éléments primordiaux que sont le feu et le fer. Les formes primaires qui composent l'oeuvre de Schaller remontent elles aussi aux sources primitives de l'humanité alors que leurs silhouettes longilignes sont ce qui les élèvent au-dessus du stade animal. Chaque sculpture possède des traits qui lui sont propres, immédiatement attribuables à l'artiste. En outre, chacune de ses pièces en acier est étampée de lettres dans des emplacements inattendus. Ces indices linguistiques peuvent être lus individuellement, rappelant ainsi les tablettes inscrites des premières civilisations, ou appréhendées dans leur ensemble de façon à former un poème. Par-delà le goût de l'artiste pour la littérature et la prose, ces caractères sous-tendent la capacité de parole et de pensée de l'être humain ou encore, comme le suggère Wieland Schmied, ils tentent de nous faire prendre conscience de la possibilité d'une meilleure lisibilité du monde pour peu que l'on s'en donne la peine.


Plus récemment, l'intérêt de Schaller pour l'origine des choses l'a amené à se pencher sur le thème scientifique des quasi-cristaux. L'alliage aluminium-manganèse possède un spectre de diffraction inhabituel, produisant des motifs irréguliers aujourd'hui interprétés comme révélateurs d'une structure interne quasi-cristalline. Ce motif moléculaire pouvant rappeler les moucharabieh Arabes, ne cesse de fasciner l'artiste en ce qu'il se "réfère à l'histoire et la nature humaines en de nombreux points", explique-t'il. Il peut être perçu de partout si l'on y prête attention: les fleurs, les tomettes, les tissus orientaux, etc. Traduisant cela dans son langage créatif, Schaller utilise une presse hydraulique de 300 tonnes pour emboutir d'élégants patterns sur des feuilles d'aluminium.


Depuis ses débuts en 1993, Markus Schaller a exposé dans de nombreuses galeries, musées et jardins de sculptures à travers le monde. Participant régulièrement à la Biennale de Venise, ses oeuvres monumentales purent aussi être admirées au Canada à l'occasion des Biennales de la Sculpture de Vancouver en 2000 et 2004.

Télécharger

biographie de Markus Schaller (pdf)
Share to Facebook Share to Twitter Pintinterest Share to Tumblr

OPIOM GALLERY

Chemin du Village, 06650 Opio
(20mn de Cannes / 20' from Cannes, FR)
+33 (0)4 93 09 0000
info@opiomgallery.com

FACEBOOK  — TWITTER


©OPIOM GALLERY 2017