Adam Magyar

Né en 1972 à Budapest, Adam Magyar vit et travaille  à Berlin.
Fasciné par le bourdonnement incessant des mégalopoles, Adam Magyar propose une nouvelle approche de l'espace-temps.



SQUARE
Elément urbain parmi les autres, l'homme se retrouve au centre de la série Square. C'est depuis un pont qu'Adam Magyar a capturé, un par un, le passage des piétons. Intervient alors un long processus d'assemblage numérique afin de recomposer sur un arrière-plan urbain ces foules qui par-delà leurs appartenances sociale, économique ou culturelle, composent en un tout homogène, des sociétés. Suivant inlassablement le flux du groupe d'un pas assuré, il demeure néanmoins impossible de discerner leur ligne d'arrivée.

URBAN FLOW
Pour Urban Flow, Adam Magyar utilise des appareils destinés à faire de la "photo-finish", soit un balayage vertical instantané d'un pixel depuis un point fixe afin de capturer non pas quelques secondes mais deux à trois minutes de ces paysages urbains. Il en résulte des images composées de séquences pouvant regrouper jusqu'à 10 000 prises de vue par secondes. Ainsi, les objets statiques deviennent linéaires, alors que ceux en mouvement sont restitués avec un degrés de réalité relatif à leur vitesse de déplacement. Sans points de départ ni d'arrivée, ces êtres évoluent au sein d'un univers qui leur ressemble; "Nous sommes nés, nous vivons et mourrons tant comme individus que comme particules dans nos structures nées de la main de l'homme et que nous appelons villes ou sociétés", explique Magyar. Véritable vanité moderne, l'artiste redéfinit grâce à l'image le caractère éphémère du temps qui nous est imparti sur une échelle linéaire infinie.

 

STAINLESS

Suivant la même logique que pour Urban Flow, Stainless porte aussi sur l'individualité de ce que nous sommes. Grâce à une slit-cam industrielle reprogrammée et agrémentée pour répondre à ses besoins, l'artiste saisi le moment où les wagons du métro, encore lancés à pleine vitesse, entrent en gare. Immense carcasse de métal aseptisée glissant au coeur du néant, les rames sont animées par les anecdotes humaines visibles au travers de leurs fenêtres. Alors que certains passagers sans doute harassés par leur quotidien se laissent porter passivement, d'autres s'affairent, mais tous partagent le même but: l'arrivée à destination.

 


Finaliste des International Photography Awards dans les catégories Beaux-Arts mais aussi Special en 2009, Adam Magyar fut aussi récipiendaire du prix Lens Culture International Exposure en 2010. Depuis bientôt dix ans, ses oeuvres ont été exposées dans de nombreux pays: en Finlande à l'occasion de la Biennale de la Photographie d'Helsinki, au musée ethnographique de Budapest en Hongrie, au Centre pour la Photographie ainsi qu'au Musée des Beaux-Arts de Houston aux Etats-Unis. De même, elles ont su trouver leur place dans les collections de la Deutsche Bank en Allemagne, du Heritage Museum de Hong-Kong et du Bidwell Project dans l'Ohio. Parmi ses nombreuses publications, In the Life of Cities, de Mohsen Mostafavi en collaboration avec l'Ecole de Design de l'Université d'Harvard mais aussi Light and Lens de Robert Hirsch ont toutes deux souligné l'importance de ses travaux, de même que les magazines Digital Camera (Grande-Bretagne), Discover (Etats-Unis), Zoom (Hongrie), AM Post (Hong-Kong), etc.

Télécharger

biographie de Adam Magyar (pdf)
Share to Facebook Share to Twitter Pintinterest Share to Tumblr

OPIOM GALLERY

Chemin du Village, 06650 Opio
(20mn de Cannes / 20' from Cannes, FR)
+33 (0)4 93 09 0000
info@opiomgallery.com

FACEBOOK  — TWITTER


©OPIOM GALLERY 2017